Un environnement idéal pour tirer notre épingle du jeu

Au lendemain du 21 octobre, les électeurs canadiens ont choisi d’envoyer à Ottawa des représentants provenant de cinq partis ainsi qu’une indépendante. Avec 157 députés les libéraux ont obtenu la plus forte représentation au Parlement. Cependant, ils n’ont pas obtenu le nombre de députés nécessaire (170) pour former un gouvernement majoritaire. En termes de représentation, ils sont suivis des conservateurs avec 121 députés du Bloc Québécois avec 32 députés, du NPD avec 24 députés et du parti vert avec 3 députés.

L’élection d’un gouvernement minoritaire augmente notre rapport de force sur l’appareil gouvernemental. Ne pouvant plus compter sur une majorité de députés le gouvernement sera beaucoup plus réticent à poser des gestes qui avantageront uniquement les grandes entreprises et le 1% de citoyens les plus riches.

Fragile, ce nouveau gouvernement sera beaucoup plus sensible au dialogue social et ouvert aux compromis. Dans ce contexte, les partis d’opposition et les groupes de la société civile comme les syndicats auront plus d’influence sur les décisions du gouvernement. C’est donc le moment idéal pour tenter d’obtenir des gains significatifs pour le mouvement ouvrier et améliorer la qualité de vie de la classe moyenne et des gens vivant dans la précarité.

En faisant preuve de solidarité et en misant sur une série d’objectifs précis comme l’implantation d’une assurance médicaments universelle, la réforme de l’assurance-emploi, la transition énergétique ou la lutte aux paradis fiscaux, nous pourrons favoriser une meilleure redistribution des richesses et favoriser l’égalité sociale.

Un de nos objectifs au Syndicat des Machinistes, est d’exiger du fédéral la création d’une stratégie solide et cohérente pour notre secteur aérospatial. Représentant 65% des travailleuses et des travailleurs syndiqués dans ce secteur au Québec et étant le plus important syndicat au Canada en aérospatiale et en transport aérien, un de nos mandats est de proposer des initiatives concrètes pour assurer l’avenir de cette industrie. En 2019, avec la publication des documents Potentiels cloués au sol de notre bureau canadien et Propulser le Québec vers de nouveaux sommets, pour un engagement renouvelé en aérospatiale des Machinistes québécois, nous avons présenté notre vision pour l’industrie. Après avoir sensibilisé les partis durant la campagne électorale, nous allons poursuivre le travail pour amener Ottawa à mettre en place une approche sur le long terme qui mettra l’aérospatiale au service de nos intérêts.

Si nous voulons contribuer à la construction de la société et de l’économie de demain, nous devons miser sur notre force de frappe en matière d’action politique en intervenant dans le débat politique. Il faut exiger de nos élus qu’ils placent nos intérêts collectifs au sommet de leurs priorités notamment ceux des travailleuses et travailleurs qui sont les principaux créateurs de richesse au pays. Pour y arriver, il faut prendre notre place, interpeller nos élus et intervenir dans le débat politique en proposant des solutions.

David Chartrand coordonnateur Québécois du Syndicat des Machinistes

Leave a Reply

Your e-mail address will not be published.